Le Blues de l'apartheid / Apartheid Blues


Le Blues de l’apartheid

Choisie par le comité des Nations-Unies, l’année 1982 a été « l’année internationale pour la mobilisation de sanctions contre l’apartheid » ; et les années ultérieures ont été une époque de conflit armée et de dérangement social en Afrique du sud. L’économie du pays a plongée plus profondément dans la récession. Pendant ces temps difficiles, j’y travaillais, de 1983 à 1989, comme photographe indépendant. J’ai produit des documents sur ce vaste territoire social — d’abord à Johannesburg, puis dans la compagne environante — jusqu’aux dernières années du régime de l’apartheid.

Exigeant une approche délibérément non-violente, ce projet montre la vie quotidienne, bien que sa réalité soit celle du conflit et de la lutte pour survivre. Ces images sont choisies à la lumière de leur valeur symbolique actuelle, en dévoilant de multiple niveaux de signification pour rendre possible un voyage visuel dans un autre espace-temps. Certaines sont des fragments des journaux qui contextualisent les photographies. Mon intention comme photographe a été de créer une atmosphere de tension sourde, et de présenter ces images sans attitude sentimentale ou jugement moral, en révélant la fragile humanité d’une société brisée.

TRANSLATED BY Greta Aart

Apartheid Blues

As designated by a United Nations committee, 1982 was the “international year for the mobilization of sanctions against apartheid.” History also recorded the subsequent years as a time of armed conflict and social disruption within South Africa. The country’s economy plunged deeper into recession. During these difficult times, I worked in South Africa (1983-1989) as a freelance photographer. I documented the vast social landscape — first in Johannesburg, later around the countryside — until the last years of the apartheid regime.

This project called for a deliberate nonviolent approach, covering day-to-day life, even though its reality was one of conflict and a struggle for survival. The images in this series were chosen in light of their contemporary symbolic value, allowing for multiple levels of meaning and rendering possible a visual journey to another time. Some are newspaper fragments which contextualize the photographs. My intention as a photographer was to create an atmosphere of underlying tension, and present these images without sentimental attitudes or moral judgments, revealing the fragile humanity of a fractured society.

— José Bidarra

Printed from Cerise Press: http://www.cerisepress.com

Permalink URL: http://www.cerisepress.com/01/02/apartheid-blues